Grâne:
La page d'histoire de Robert Serre
i

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les persécutions contre les protestants en val de Drôme avec notre historien R. Serre: https://www.youtube.com/watch?v=5_xIEMizZCE&feature=youtu.be

Télégraphe et téléphone à Crest (1)

Au milieu du 19e siècle, la Drôme était bien desservie par le télégraphe optique que Chappe avait imaginé en 1792 . Parmi plus de 500 stations en France sur 5 000 km, la Drôme avait des relais au long de la vallée du Rhône à Anneyron, Châteauneuf-de-Galaure (Saint-Bonnet), Bren, Veaunes, Châteauneuf-d’Isère, Valence, Étoile, Livron, Loriol, Lachamp, Savasse, Rac et La Garde-Adhémar . Le coup d’État de Louis-Napoléon, le 2 décembre 1851, aurait dû être connu à Valence le jour même si le brouillard sur la plaine de la Saône n’avait empêché les signaux visuels de circuler d’un relais à l’autre. Au début de 1852, une présentation scientifique annonce l’appareil de l’avenir : une expérience de télégraphe électrique se déroule au foyer du Théâtre à Valence, où Reymond expose tous les jours son appareil .
En 1859, de nombreux courriers partent de la mairie de Crest pour obtenir tous les appuis nécessaires à l’installation dans la ville d’une station du télégraphe . Le 24 décembre, le conseil municipal en délibère : il est question à ce moment de rattacher les sous-préfectures au chef-lieu, Crest sera donc traversé par la ligne Die-Valence. Le conseil demande l’installation d’une station privée, dont les frais d’établissement sont peu élevés : la perception du droit d’expédition des dépêches couvrirait la rémunération du personnel employé. Le 29 mars 1860, le conseil s’engage à offrir un logement à l’employé chargé de la direction de la station du télégraphe électrique . Mais la réponse du ministre est décevante : cette installation n’est « pas possible pour l’instant ». Le 4 août 1861, la ville fait un pas de plus en consentant à verser 2 000 F par an et à « faire exécuter un local convenable pour l’installation du bureau et pour loger le chef du service ». Le 9 octobre 1861, le bureau télégraphique est accordé à Crest. Au début de l’année 1862, l’inspecteur des lignes télégraphiques visite les différents locaux que propose la ville de Crest : il choisit une maison du conservateur des hypothèques en retraite Antoine Moutier, ancienne maison Lioud, rue du Sang Royal . Le bail en est passé pour 6 ans à raison de 400 F par an. Le 10 avril, Alexandre Victor Vallon, jusqu’alors employé surnuméraire à Valence, est nommé chef du service télégraphique de Crest. Le bureau sera ouvert tous les jours de 7 h à midi et de 2 h à 7 h du soir, sauf le dimanche où il fermera à 5 h du soir . Le service envoie des télégrammes dont le montant est calculé selon le nombre de mots utilisés (en 1888, 5 centimes par mot avec un minimum de 50 centimes). En 1866, Crest possède l’un des 12 bureaux du télégraphe de la Drôme. L’utilité se confirme dans les chiffres puisque, pour le département, on est passé de 5 693 dépêches expédiées en 1863 à 6 761 en 1864 .
Le 31 mai 1869, le maire demande la transformation en « bureau complet » du service crestois qui s’avère insuffisant, vu le nombre de dépêches administratives et communales. L’Annuaire de la Drôme de 1876 nous indique qu’à cette date, Crest a « un bureau à service de jour complet » ouvert de 7 h du matin à 9 h du soir du 1er avril au 30 septembre et de 8 h du matin à 9 h du soir le reste de l’année. À côté du directeur, mademoiselle Richard est « employée auxiliaire ». C’est la traduction d’une mesure « révolutionnaire » que vient de prendre la IIIe République : en 1875, pour la première fois, l’administration, en particulier dans les Postes et Télégraphes, a embauché du personnel féminin, certes pour des emplois subalternes, mais c’est un sérieux pas en avant. (à suivre)

Robert SERRE
Légendes documents :
Le télégraphe optique de Chappe : manipulés par des câbles, le bras principal peut se mettre horizontalement ou verticalement et, à ses extrémités, les indicateurs peuvent prendre huit positions. On peut ainsi former un grand nombre de positions qui, traduites selon un code, se lisent comme des lettres. Les messages sont lus à la lunette et passent ainsi d’une « tour » à l’autre.
Un message télégraphique (recto) reçu au bureau de Crest le 3 septembre 1870 et retranscrit par l’employé Richaud : il annonce la défaite de Sedan et la capture de l’Empereur Napoléon III. Archives communales Crest, H 80.
Planche extraite de : J. Chantrel, Le télégraphe électrique, éd. J. Lefort, Lille, 1874.


1. Sur ce sujet, on ne manquera pas de lire l’ouvrage du Crestois Roger Gachet, Le télégraphe optique de Claude Chappe, autoédition, imprimerie Le Crestois, 1993, 96 pages.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Index | Accueil |Agenda | L'historique | La visite du village | Les autres visites | La vidéo de la visite | La galerie photos | L'album photos |
Les cartes postales | Les loisirs | Les associations | Grâne Rando | L'ASG| Les hébergements |Les images d'hier | Les commerces | L'artisanat | Situation |
L'école de musique | Les livres de R Serre | Les livres des auteurs Grânois | La page d'histoire | Les boucles VTT1-2-6 | Les boucles VTT3-4-5 | Les boucles pédestres
Les chemins du Soleil|Les villages perchés | Les villages botaniques | Les spectacles du Théâtre| Les spectacles du Temple | Plan du site |
English and Américan version: Activities.  | History of Grâne. | Visit the village. | Other visits.